close

Gisela HochuliFiche artiste 20/55

focus

événements

C'est une des rares artistes de PerformanceProcess qui pratique quasi exclusivement la performance. Certains de ses projets sont « écrits », donc « joués » et « rejoués », d'autre sont une réponse de circonstance à un contexte spatial donné.

sam 19 Sep
1
15h
In Touch with M.O. (2013)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Gisela Hochuli fait référence dans cette performance à certaines oeuvres de Meret Oppenheim (M.O.). Elle envisage le travail de cette artiste non seulement dans sa dimension esthétique, mais également dans sa matérialité et son importance dans un contexte historique et social. A partir d'une sélection d'œuvres, elle développe un travail singulier centré sur le corps, l'étude du matériau et sa transformation. Avec In Touch with M.O., Gisela Hochuli a été lauréate du Prix suisse de la performance.

dim 20 Sep
1
16h30
In Touch with M.O. (2013)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50
sam 02 Dec
1
15:45-16:45h
In Touch with M.O. (2017)Musée Tinguely

Avec In Touch with M.O., l’artiste se réfère à des oeuvres de Meret Oppenheim (M.O.), dans une approche esthétique, mais aussi dans sa matérialité et dans ses dimensions historiques et sociales. 

exposition

extraball

C'est une des rares artistes de PerformanceProcess qui pratique quasi exclusivement la performance. Certains de ses projets sont « écrits », donc « joués » et « rejoués », d'autre sont une réponse de circonstance à un contexte spatial donné.

colloque

+

Notice biographique

bibliographie

interview

images

videos

textes

Entre éléments et références

Les performances de Gisela Hochuli entre hommages et clins d œil à l'histoire de l'art. ...

Les performances de Gisela Hochuli entre hommages et clins d'œil à l'histoire de l'art.

Gisela Hochuli compose des performances remarquables par la simplicité et la symbolique de ses gestes, qui impliquent tout son corps. À l'image de celle où elle se penche au-dessus d'une flaque d'eau, dans la rue, laisse ses cheveux danser dans l'eau et s'ébroue en mouvements saccadés. Ou celle où elle se déplace à travers les masses d'eau tumultueuses d'un torrent. Voire encore la performance où elle se tient debout, nue, dans une pièce, le dos barbouillé d'une épaisse couche de peinture noire, comme à l'époque Meret Oppenheim sur la fameuse photo de Man Ray.

Gisela Hochuli intègre de nombreuses références à des oeuvres de l'histoire de l'art ou à d'anciens mythes. Pourtant, ce sont surtout son corps et sa posture, ses mouvements presque animaux qui captivent l'observateur. Elle élabore ses performances en s'intéressant aux références directes au corps humain, à l'étude concrète de matériaux, aux éléments naturels et à leur transformation.

Dans une autre performance, Gisela Hochuli transporte dans la salle un bloc de glace qu'elle a trouvé à l'extérieur, s'assied à côté de lui sur le rebord de la fenêtre, comme si c'était un ami, le place sur sa tête et laisse l'eau dégouliner le long de son visage. Avec le temps qui passe et les actions qu'il subit, le bloc de glace change constamment de forme, il devient tour à tour une sacoche, une boule de neige qui glisse sur le sol et finalement un amas de neige boueuse dans lequel l'artiste se roule. À la fin, il ne reste rien du bloc de glace – seulement un peu d'humidité sur le sol et sur ses vêtements.

 

Sibylle Omlin

liens