close

François Gremaud – 2b companyFiche artiste 12/46

focus

événements

au centre culturel suisse
et dans les lieux partenaires

Metteur en scène et comédien facétieux, il aime jouer avec les formats spatiaux et temporels de ses projets : fortes courtes ou « vraies pièces » de théâtre, conçus pour la scène ou pour d'autres espaces, par exemple foyer ou salle d'exposition.

mar 17 Nov
1
19h30
Conférence de choses (2014)Bibliothèque historique de la Ville de Parisr+33 1 44 59 29 40

Episode 1

Conférence de choses est une déambulation au cœur du savoir encyclopédique participatif contemporain, révélant à la fois les vastes étendues qu’il recouvre et quelques-uns des improbables chemins qui le traversent. Pierre Mifsud – sorte de Pécuchet contemporain – arrive dans un espace, salue l’audience et, de lien en lien, de sujet en sujet, de rebond en rebond, du bison à la Reine Margot, de Descartes au bonbon Haribo, ne s’arrête plus de parler. Le texte écrit laisse la place à des improvisations liées au contexte de la représentation/performance.

 

Localiser les lieux de la tournée

mer 18 Nov
1
19h30
Conférence de choses (2014)Musée de la Chasse et de la Naturer+33 1 53 01 92 40

Episode 2

jeu 19 Nov
1
19h30
Conférence de choses (2014)La maison rouger+33 1 40 01 08 81

Episode 3

ven 20 Nov
1
18h
Conférence de choses (2014)Musée national Picasso-Parisr+33 1 85 56 00 36

Episode 4

dim 22 Nov
1
17h
Conférence de choses (2014)Centre Pompidou, Petite salle+33 1 44 78 12 33

Episode 5

lun 23 Nov
1
19h
Conférence de choses (2014)Maison de la poésier+33 1 44 54 53 00

Episode 6

mer 25 Nov
1
18h30
Conférence de choses (2014)Maison de Victor Hugor+33 1 42 72 10 16

Episode 7

jeu 26 Nov
1
20h
Conférence de choses (2014)Le Balr+33 1 44 70 75 50

Episode 8

ven 27 Nov
1
19h
Conférence de choses (2014)T2G Théâtre de Gennevilliersr33 1 41 32 26 10

Episode 9

sam 28 Nov
1
14h
Conférence de choses (2014)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Intégrale

exposition

extraball

colloque

+

Notice biographique

Compagnie fondée en 2005, basée à Lausanne, dirigée par François Gremaud.
La 2b company constitue, au fil des années, un répertoire de créations originales, de spectacles et de petites formes, théâtrales ou autres. La 2b company produit deux types de productions distinctes : les créations du collectif Gremaud/Gurtner/Bovay (KKQQ ; Récital ; La Chorale ; Western dramedies…), collectif compos&eacute ; de François Gremaud, Michèle Gurtner et Tiphanie Bovay-Klameth, et les créations du seul François Gremaud (Simone, two, three, four ; Re).

bibliographie

interview

images

videos

textes

L'infini gai savoir

Traiter, dans une même conférence, le phaéton, Annie Hall, le bonbon Haribo et l'histoire du chat qui dort ? Plongée en apnée encyclopédique avec le professeur Pierre Mifsud, marathonien de la digressio ...

Traiter, dans une même conférence, le phaéton, Annie Hall, le bonbon Haribo et l'histoire du chat qui dort ? Plongée en apnée encyclopédique avec le professeur Pierre Mifsud, marathonien de la digression permanente.

Nous l'avons tous fait. Divaguer sur le web. Ce n'est plus du surf, c'est du long cours. Sans compas ni boussole. Une errance avec changement de cap lorsqu'une proposition inattendue titille la curiosité ou chatouille l'imaginaire. Nous avions commencé par un renseignement sur un tour de main culinaire et nous voici plongé dans les circonstances de la mort du général Skobelev.
François Gremaud, comme tout Suisse né loin de la mer, est un grand navigateur. Il met les voiles dans Wikipedia. Il croise au moteur de recherche. Le Mac est son Ithaque d'où il s'est retrouvé plus d'une fois à des fuseaux horaires de distance. Toute recherche dramaturgique pour un spectacle de sa 2b company devient une odyssée virtuelle. Il lui suffit de répondre aux invitations de l'hypertexte. Essayez vous-même : circulez dans Wikipedia d'hyperlien en hyperlien. De l'explication d'une situation à la définition d'un terme contenu dans cette explication, laquelle définition mène à son tour à un concept, qu'il s'agit de présenter avec des mots, à leur tour développés dans une autre page, etc. Ne revenez jamais à votre point de départ et vous vous retrouverez ainsi nourri d'un surprenant savoir. Un acquis disparate et pourtant aux composantes intimement reliées par le cabotage virtuel accompli.

C'est ainsi qu'est né Conférence de choses. Voici un spectacle né du désir de transformer cette roborative expérience solitaire en une croisière collective et ludique. Un comédien, Pierre Mifsud, endosse le rôle docte et précis du conférencier. Ce grand timonier du savoir encyclopédique répète volontiers un terme abscons à son audience ravie par tant d'érudition, mais parfois pantoise devant la complexité d'une définition. Il lui arrive aussi d'illustrer une théorie plus ardue qu'à l'ordinaire avec de petits outils pédagogiques simples et efficaces tels un regard complice ou deux stylos-billes de couleurs, transformés en signifiant et signifié. Certains professeurs du Collège de France gagneraient en efficacité rhétorique s'ils assistaient à la démonstration édifiante du conférencier Mifsud. Lequel se lance dans un marathon de huit heures. Il va être question de métaphysique, d'Annie Hall, d'automobile, de phaéton, avec une minuscule et avec une majuscule, de Cygnos, de langue de signes, de phonème, de chat qui dort, autant de sujets hyper connectés entre eux. Non sans humour, le comédien Pierre Mifsud et son metteur en scène François Gremaud les abordent, en prenant systématiquement comme entrée en matière le lieu où se tient cette Conférence de choses. C'est ainsi que tous les chemins du savoir, urbi et orbi, mènent au bonbon Haribo, ce qui – il faut bien en convenir – n'est pas désagréable.

Les Oulipiens se reconnaîtront dans Conférence de choses. Ils ne devraient également pas dédaigner un autre projet de celui qui présentait naguère de ses grands yeux clairs et de son verbe doux un spectacle multimédia intitulé KKQQ. Avec la comédienne Viviane Pavillon et le danseur Martin Schick, François Gremaud développe actuellement une performance qui grandit de cinq minutes en cinq minutes, à chaque représentation, soit la durée supplémentaire achetée par tout nouveau lieu d'accueil de ce spectacle en écriture permanente. Délicieuse contrainte, le trio Gremaud-Schick-Pavillon adopte et conserve pour chaque tranche horaire la langue du pays d'accueil (français, flamand, finnois, croate, allemand et dialectes figurent déjà au menu verbal), tout en annonçant, lors d'un implacable minutage, les actions, paroles et accidents qui vont se produire dans les minutes, voire hypothétiques heures, qui suivront. En décembre, lors de son accueil au Centre culturel suisse, ce nouveau spectacle se nommera alors 40 minutes. Un titre provisoire. Une invitation, comme dans Conférence de choses, à se frotter à l'illimité et à l'impermanence de notre condition.

 

Thierry Sartoretti, journaliste culturel à la RTS (Radio Télévision Suisse)

liens